Publié le Laisser un commentaire

Faltazi | En Selles

Interview pour En Selles devant l'uritrottoir Corner de la rue de Blois à Nantes

Les bords de Loire sont incroyables ! Il s’agit de l’itinéraire vélo le plus fréquenté en Europe. Et en effet, c’est la première fois que l’on croise autant de cyclotouristes sur notre trajet. On a même pu y rencontrer des touristes-kayakistes. Descendre la Loire en kayak, c’est aussi possible.

Arrivé à Nantes, nous nous séparons de nos amis et reprenons le rythme des interviews. Notre première rencontre est celle du studio de design Faltazi. Cela veut dire « Imagination » en breton. C’est drôle, non ?
Laurent et Victor nous accueillent avec un café. Ils nous expliquent leurs parcours. Ils ont réalisé tous les deux la même école de design que Louise Raguet (voir article précédent) à Paris. Après avoir travaillé quelques temps chacun de leur côté, ils décident de monter leur activité ensemble. Ces premières expériences professionnelles leur ont permis de développer des compétences en modélisation 3D. Laurent vient de la région nantaise et Victor voulait quitter Paris. Le choix est donc vite fait. Faltazi sera sur l’île de Nantes !
Au début, leurs principales activités sont le design industriel pour des entreprises d’électroménager. Les Faltazi ont pendant longtemps conçu des fers à repasser, des interrupteurs, des prises électriques et des aspirateurs. Ce expérience leur permet d’avoir une bonne connaissance des processus de fabrication industrielle et des matériaux utilisés. Comme tout designer, ils essaient de concevoir les produits en prenant en compte l’ensemble du processus de fabrication et d’utilisation. Ce sont les débuts de l’éco-conception à l’époque.
Marqué par la lutte contre l’aéroport de Notre-Dame des Landes dans laquelle ils s’engagent personnellement, les Faltazi décident de prendre un virage à 90°. En 2010, ils montent le projet « Les Ekovores ». Celui-ci consiste à repenser l’organisation alimentaire de la métropole nantaise afin de diminuer son impact environnemental et d’augmenter sa résilience. Pour cela, ils entament une longue réflexion à coup de croquis, de brainstorming, de réunion d’idées, de recherche afin de repenser la production locale de denrées.
A chaque étape de la chaîne de production locale, ils se sont attachés à créer des équipements incitant et facilitant le développement d’une économie circulaire :
Systèmes préfabriqués de fermes d’urgence pour la production en ceinture verte ; dispositifs ‘urbagricoles’ installés dans les espaces publics ; moyens de transports pour la distribution des productions ; modules préfabriqués pour la transformation et la conservation des aliments ; mobiliers urbains pour la valorisation des déchets organiques ; plateforme numérique pour l’échange de savoir-faire et l’orchestration savante du jardin-potager.
Dans tout ça, nous avons été le plus marqué par leur idée de wagon-maraîcher qui irait chercher les produits dans la ceinture verte de la ville et viendrait les distribuer dans le centre par un système de casiers en accordéon. Le train pourrait également avoir plusieurs utilisations : transporter les fruits et légumes la nuit et les passagers en journée. Ils ont également conçu une cuisine dessinée pour faciliter le recyclage des déchets. En maximisant le tri à la source, on augmente les possibilités de réutilisation et de recyclage. Malheureusement, aucuns de nos systèmes actuels ne sont  conçus en ce sens. Beaucoup de choses sont à repenser !
Vous l’aurez compris, Faltazi, c’est un vrai laboratoire d’idées. Ça fuse de partout et ça conçoit tout le temps ! Avec le projet « Les Ekovores », Laurent et Victor ont été de nombreuses fois sollicités pour des conférences, des animations et des présentations. Cela parait moins original aujourd’hui quand on évolue dans le milieu écolo mais en 2010, les Ekovores, c’était précurseur !

Ils décident ensuite de concrétiser ces idées par la fabrication des premiers prototypes qui prennent la forme de mobilier urbain destiné à la valorisation des déchets organiques. Ni une, ni deux, nous enfourchons nos vélos et partons voir leurs installations nantaises. Premier arrêt dans le quartier  Nantes-Malakoff où l’on retrouve un composteur de quartier qui devrait durer dans le temps, l’Ekovore. Les portes s’ouvrent en latéral. Un système de poulies à l’intérieur permet de retourner le compost régulièrement par les référents du site. La structure est surmontée d’une toiture végétale. Il s’agit principalement d’une demande des services de la ville afin d’intégrer au mieux ce mobilier urbain. La toiture permet également de récolter l’eau de pluie et de la stocker dans une cuve. Cette eau peut ensuite être utilisée par les habitant.e.s pour nettoyer leur seau après l’avoir vidé. Le socle de la structure est un sol vivant reconstitué permettant au compost d’être ensemencé. Toutefois, le compost est séparé de cette terre par un caillebotis. Une seconde permet de recouvrir le compost, ce qui le rend inaccessible aux rongeurs, principale épine pour réaliser du compostage en milieu urbain. Un banc est situé à proximité du composteur. Il contient en son coeur du broyat de bois apporté par le service des espaces vert et pouvant être utilisé par les référents du site.
On y a planté le croc, je vous assure, il y en a de la vie dans ce composteur ! Aujourd’hui, celui-ci est installé depuis bientôt 9 ans. Il rassemble les déchets organiques de 50 familles, soit 125 habitants. Laurent et Victor nous racontent même que les habitants ont pour habitude de se faire des apéros-compost le week-end. Cela devient un lieu convivial, une belle preuve de réappropriation de l’espace public !
La suite de la visite s’effectue dans les rues de l’hyper-centre où les étudiant.e.s aiment boire des verres le soir. Pour lutter contre les pipis sauvages, les Faltazi ont créé les Uritrottoirs. Il s’agit d’urinoirs masculins en acier. Pour faciliter leur intégration, ils sont dotés d’une jardinière. Les gens pensent que l’urine alimente en direct cette jardinière mais il n’en est rien. Elles s’écoulent au travers d’une fente dans un bac soit rempli de copeaux soit d’acide lactique afin d’éviter les odeurs. Les uritrottoirs ne sont pas raccordés au réseau d’assainissement collectif. Un agent d’entretien doit venir les vider régulièrement (1 fois par semaine à minima). A Nantes, il s’agit de Veolia. L’entreprise s’occupe à la fois de la gestion de la propreté dont les uritrottoirs à l’échelle de la ville. Aujourd’hui les urines sont renvoyées en station d’épuration. A terme, Nantes souhaiterait pouvoir travailler avec l’entreprise Toopi Organics (voir article précédent) afin que les urines soient revalorisées en agriculture.
Le terrain de jeu des Faltazis est urbain. Ils sont habitués à cet environnement qui exige l’utilisation de matériaux robustes pour prendre en compte le vandalisme. Ils ont travaillé d’ailleurs avec des entreprises du chantier naval de Saint-Nazaire pour fabriquer leurs premiers équipements. Aujourd’hui, c’est une entreprise angevine qui fabrique les petites séries qu’ils commercialisent. Sur les uritrottoirs, la ville leur a demandé de les colorer en rouge afin que l’on puisse facilement les repérer.
Ce sont des structures mobiles. Leur positionnement dans l’espace public nécessite un certain soin. Ils doivent se situer au plus proche des lieux de consommations et de préférence à l’abri des regards. Typiquement, dans une des ruelles généralement empruntées par les « pisseurs sauvages ». Et oui, car ces installations ne sont finalement que très peu utilisées en journée. Ce sont plutôt les fêtards qui en sont friands à la fermeture des bars. C’est ce que révèle la sonde de suivi du remplissage du bac à urine mise en place par Laurent et Victor sur leurs installations.
La fabrication et la vente des uritrottoirs a démarré il y a 5 ans désormais. On peut aujourd’hui en retrouver à Paris, Toulouse, Nantes, Bruxelles, Rennes, Amiens, Cergy, Locminé, … Pour le moment, on leur reproche reproche de ne pas installer d’urinoir féminin. Leurs installations se sont notamment faites grandement critiquées à Paris par certains groupes de citoyens. Mais cela ne saurait tarder, les Faltazi sont en pleine réflexion. Les urinoirs féminins devraient bientôt arriver ! Ils se présenteraient cette fois-ci comme une cabine pouvant être fermée par un loquet. Les toilettes publiques sont bien souvent un refuge pour les femmes en ville. C’est un endroit où elles peuvent se protéger facilement.
Après avoir déjeuné ensemble, Laurent prend le temps de nous faire une visite guidée de l’île de Nantes avec ces machines, ces anciennes cales, le manège géant et le bateau militaire. C’est une ville que nous ne connaissons pas du tout. On assume alors totalement notre posture de touristes !
Merci à tous les deux de nous avoir reçu. Cette visite nous a redonné beaucoup d’énergie car les Faltazi ont des idées plein la tête et un second-degré extraordinaire. On s’est bien fendue la poire !

Publié le Laisser un commentaire

Le low-tech peut-il encore sauver l’Humanité !?

Uritonnoir sanglé sur une botte de paille ronde

A la fête de la fraises à Verlighem, on ne pisse pas dans l’eau potable.
On recueille délicatement son urine gorgée de phosphore et d’azote et on la mélange à la paille, riche en carbone.

  • à court terme, on baisse le coût de traitement de l’eau et on importe moins d’engrais phosphatés et d’engrais azotés
  • à moyen terme, on reconstitue des sols de qualité qui captent le carbone et permettent à la biodiversité de s’épanouir.

Il est bien probable qu’une partie des innovations de rupture ne voient jamais Viva Tech mais viennent de nos campagnes avec un peu de bon sens et d’engagement collectif.

Publié le Laisser un commentaire

Bientôt 10 ans !

Uritonnoirs installés sur deux grandes balles de paille rondes dans un champs

Bientôt 10 années d’existence pour l’uritonnoir ! www.uritonnoir.com / Petit équipement champêtre qui continue de se déployer avec succès dans :
Les campings à la ferme
Les jardins-potagers
Les micros-festivals
Les parcs aventures
Les agriculteurs
Les brasseurs
Les classes vertes
Les gites
Les écomusées
Pour les fêtes de famille…

(Merci à la coopérative belge d’agroforesterie Pomona Puur Natuur et le festival Meuhfolle pour les photos)

Publié le Laisser un commentaire

6ème rencontres nationales des budgets participatifs à ANGERS

Présentation du fonctionnement de PLUV, collecteur-réservoir d'eau pluviale installé aux jardins partagés des Hauts de Saint Aubin à Angers, aux différents services techniques en charge des budgets participatifs en France

Dans le cadre des 6ème rencontres nationales des budgets participatifs à ANGERS, les élus et agents des collectivités territoriales ont pu découvrir in situ deux projets initiés par cette dynamique citoyenne : EKOVORE, le composteur collectif urbain et PLUV, le réservoir-collecteur d’eau pluviale pour jardins familiaux. Les projets liés à la transition écologique occupent aujourd’hui une part prépondérante des budgets participatifs. Un levier de plus en plus prisé par les citoyens pour créer des territoires résilients.

Publié le Laisser un commentaire

La Daurade à Toulouse choisit le modèle PILS XL

Pompage de l'urine par les Alchimistes, collectée dans le modèle PILS, installé à la Daurade à Toulouse

Le PILS XL installé au Port de la Daurade à Toulouse a déjà collecté 5 mètres cube d’urine sur 1 mois. Les étudiants vont bientôt arrivés…
Merci aux Les Alchimistes – Occiterra pour cette gestion hors-pair ! Une fois collectée, cette urine sera valorisée en engrais par Toopi Organics.

#propreté #urinoir #jardinière #toilettessanseau #économiecirculaire #transitionécologique #lowtech #urinesauvage #ecodesign #ecofriendly

Publié le Laisser un commentaire

Designer(s) du Design

Livre "Designer(s) du Design", ouvert à la page composteur collectif EKOVORE et Reënstok, colonne-réservoir d'eau pluviale

“L’usager, ses actions et ses besoins réels sont toujours au centre de la conception, avec une obsession : limiter l’empreinte écologique. Une manière de souligner que nous sommes avant tout des citoyens du monde, d’un alter-monde possible et, surtout souhaitable.” Faltazi

Extrait de Designer(s) du design. Panorama inédit de l’évolution, de la diversité et de la richesse du design contemporain français. Il propose une sélection de projets de designers engagés et révèle les démarches des entreprises qui illustrent l’esprit français. ⁠

Merci NoDesign pour cette invitation à présenter nos travaux au sein de ce bel ouvrage !

Designer(s) du Design – FYP Éditions

Publié le Laisser un commentaire

Le design peut-il changer le monde ?

Couverture du Hors-série Télérama "Le design peut-il changer le monde?" sur le composteur collectif EKOVORE

Comme le dit très bien Giovanna Massoni à propos du design de service écologique : “Un objet bien conçu ne fait pas “économie circulaire”. Un service y parvient.

“L’agence FALTAZI, par exemple, a installé à Nantes et Angers ses composteurs collectifs urbains Ekovore, qui permettent de réduire des deux tiers les déchets organiques ménagers.”

Merci Xavier de Jarcy pour ce judicieux hors-série de Télérama !

Ville de NantesVille d’AngersProjet 51 – Composteurs collectifs publics d’AngersCocyclerCompostriLABEL VERTe

#composteur #service #valorisation #ekovore #Faltazi #économiecirculaire

Publié le Laisser un commentaire

Leur composteur dévore les déchets des citadins 

Les deux référents du composteur collectif EKOVORE angevin place Grégoire Bordillon à Angers

L’Ekovore recueille les déchets de quarante foyers du quartier de La Doutre pour les composter… sans odeur et sans rat ! 

30 % de nos déchets sont composés de matières organiques qui, bien compostées avec l’aide des bactéries, insectes et lombrics, peuvent donner une bonne terre pour amender jardins et jardinières. Trois Angevins, Morane Berthelot, Bérengère Lejeune et Christian Dard, ont réfléchi à comment permettre aux habitants sans jardin de valoriser les restes de leurs repas. Quand on vit en ville, dans un appartement ou une maison sans jardin, difficile de composter épluchures de fruits, de légumes, fleurs fanées, restes de déjeuner, sachets de thé sans agrafes, feuilles, herbes… Tout cela part à la poubelle au lieu de se transformer en or pour les végétaux.

Trois autres prévus en centre-ville 

En 2018, porté par ces trois habitants sensibilisés au problème, le projet de composteur urbain collectif a été retenu lors du vote du budget participatif de la Ville. À la mi-décembre 2019, dans la Doutre, place Grégoire Bordillon était installé le premier Ekovore de la ville, à deux pas de l’école du même nom. « Un prototype était testé à Nantes (Loire-Atlantique) depuis quatre ans. Il a été amélioré pour Angers. Un concours a sélectionné des artisans de la région dans plusieurs corps de métiers intervenant dans la construction de ce matériel : chaudronnier, soudeur, menuisier, Compagnons du devoir et entreprises d’insertion », explique Bérengère 

Lejeune. Elle a rallié, avec Morane Berthelot et Christian Dard, l’association de la Maison de l’agriculture urbaine, qui les a accueillis à bras ouverts. Au loin, la forme pyramidale du composteur gris domine la place. À l’intérieur, deux bacs recueillent les déchets de quarante foyers inscrits lors des permanences des bénévoles. Un troisième bac contient le compost pour la maturation finale. Une plaque anti-nuisible empêche la venue de rats et d’insectes. Quand on s’approche, pas d’odeur persistante, grâce à un revêtement spécial qui garde d’éventuelles odeurs. Le composteur ferme à clé pour éviter les dépôts anarchiques et les dégradations. Christian Dard espère que le quartier va s’emparer du fonctionnement de l’Ekovore. Vingt-cinq bénévoles sont chargés des clés, assurent des permanences le lundi et mercredi, de 18 h à 19 h, et le samedi, de 10 h à 11 h. « On peut s’inscrire sur la liste d’attente pour avoir accès au composteur, qui est déjà complet. On espère qu’il va susciter d’autres initiatives. » Déjà, trois autres Ekovores sont prévus cette année en centre-ville, quartier Lafayette et place Ney. 

Ouest-France

Publié le Laisser un commentaire

Réservoir d’eau de façade Reënstok

Reënstok est une colonne-réservoir d'eau pluviale greffée, ici, à la façade d'un immeuble localisé rue Louis Blanc à Paris

Installation de dispositifs de collecte et stockage de l’eau de pluie se greffant sur les façades des immeubles existants, par Studio Faltazi, designers

Imaginé par les designers du Studio Faltazi, Reënstok est un réservoir de façade se substituant aux descentes d’eaux pluviales pour les valoriser in situ : arrosage des balcons, des jardins en pied d’immeuble et des murs végétalisés. En juillet 2019, un premier réservoir de façade est installé rue Louis Blanc (Paris 10) avec le soutien de Paris Habitat et de la DPE, suivi d’un second réservoir installé en 2020, rue Delesseux (Paris 19).

Reënstok, réservoir d’eau de façade
Le changement climatique reste le problème le plus pressant pour notre planète, et les grandes zones métropolitaines sont les premières victimes de la détérioration de la qualité de l’air, de la surchauffe urbaine et de la modification de la relation entre l’homme et la nature. Il existe déjà un certain nombre de solutions pour ralentir, voire stopper complètement, l’impact destructeur de l’homme sur notre planète. Les luminaires urbains représentent une enzyme technique qui peut contribuer à générer de nouvelles actions et de nouveaux usages dans nos villes.

En moyenne, le service des eaux de Paris prélève, déplace, traite et distribue chaque jour 483 000 m3 d’eau potable à 3 millions d’usagers. Il propose également de l’eau non potable aux entreprises et aux collectivités comme alternative. Paris a la chance de posséder 2 000 km de canalisations d’eau non potable puisée dans la Seine et le canal de l’Ourcq qui servent à l’arrosage des jardins et des parcs, au nettoyage des rues et à l’entretien du réseau d’assainissement. En complément de ce service, nous proposons d’installer des réservoirs d’eau en façade en remplacement des gouttières. 

L’eau de pluie stockée dans des réservoirs ou des tampons de nouvelle génération n’ira plus directement dans les égouts. Elle sera collectée et stockée pour être utilisée sur place, pour l’arrosage des plantes et des fleurs des balcons, des jardins du rez-de-chaussée et des murs végétalisés. Pour évaluer l’économie totale d’eau potable, ces réservoirs sont reliés au réseau Lora ; ils fournissent ainsi des informations préalables au service public de l’eau de Paris.


Ce dispositif a également une autre fonction, régulatrice : en absorbant l’excès d’eau lors des orages à Paris pour éviter les débordements des stations d’épuration et pour assurer le débit nécessaire au bon fonctionnement des égouts lors des périodes de sécheresse. Composés de modules de formes variées et empilables à n’importe quelle hauteur, ces réservoirs peuvent atteindre les corniches et les balcons les plus hauts d’un immeuble, jusqu’au toit. Ce système se purge de lui-même lorsque les températures descendent en dessous de zéro.

Conçu comme un simple parallélépipède vertical en inox brossé pour réfléchir son environnement, ce réservoir de façade est composé d’un meuble de distribution au pied de l’immeuble et de modules que l’on peut superposer sans limite de hauteur.

Véritable volume tampon, le réservoir de façade joue également un rôle de régulateur en absorbant les surplus d’eau lors des orages pour en différer l’utilisation en périodes sèches : il contribue ainsi à la mise en oeuvre du Plan Parispluie (zonage pluvial à Paris).

Juillet 2019 : Installation d’un premier réservoir de façade, Paris 10
Expérimenté pour la première fois à Paris sur un immeuble de logements, propriété de Paris Habitat et situé 2 rue Louis Blanc dans le 10e arrondissement, Reënstok se substitue aux descentes d’eau pluviale existantes. Stockée dans ces citernes-tampons d’un nouveau genre, l’eau de pluie ainsi collectée ne rejoint plus directement les égouts. Elle est récupérée pour une valorisation in situ permettant d’arroser sans consommation et frais les espaces verts de l’ensemble d’habitation et d’un jardin partagé géré par une association de quartier.

Juillet 2020 : Installation d’un second réservoir de façade, Paris 19
Un second réservoir est installé sur la façade d’un immeuble rue Desseuleux, Paris 19, afin de collecter les eaux pluviales.

Un projet soutenu par Pavillon de l’Arsenal