Compostez collectif !

Le compostage

Le compostage est une méthode de valorisation des déchets organiques qui s’appuie sur un mélange de carbone (broyat de bois), d’azote (déchets de cuisine), d’oxygène (air) et d’eau, pour la transformation de nos déchets organiques en compost.

L’activité bactérienne permet une montée en température pour dégrader les déchets, suivie d’une phase de maturation dont se charge la microfaune du sol (vers de terre, collemboles..).

Placé dans un espace public, un composteur permet de réduire collectivement les déchets organiques dans une proportion de 3 pour 1. Par exemple, le composteur A5e permet d'absorber 5 tonnes de déchets de cuisine annuels de 40 foyers et de les réduire en 1.5 tonne de compost.

Ce compost de qualité est mis à disposition des habitants qui désirent amender leurs jardinières et leurs potagers, des services des espaces verts ou des agriculteurs locaux.

Les utilisateurs

Les citoyens, habitants en ville, qui, ne disposant pas de jardin, souhaitent composter leurs déchets de cuisine.

Les contribuables, qui souhaitent réduire leur redevance incitative lorsqu’elle est en place dans leur commune.

Les consom’acteurs, qui savent que le compostage à la source dégage dix fois moins de CO2 que la collecte des bio-déchets.

Les collectivités, qui souhaitent développer une politique de réduction des déchets à la source et réduire de façon importante et à moindre coût la part des déchets enfouis et incinérés.

Les autres acteurs locaux : les entreprises, les établissements dotés d’une restauration collective, la restauration commerciale et les hôtels-restaurants, les grandes et moyennes surfaces, les hypermarchés, les supermarchés, les supérettes, les plateformes de distribution, les marchés, les entreprises sans restauration susceptibles de produire des déchets organiques, les légumeries, les fleuristes, les festivals, les structures développant le compostage partagé.

La loi

L’article 204 de la loi du 12 Juillet 2010, les articles L541-21-1, R543-225 du code de l’environnement, la circulaire du 10 janvier 2012 stipulent que les producteurs et détenteurs de quantités importantes de bio-déchets sont dans l’obligation de mettre en place un tri à la source en vue d’une valorisation organique.

Au 1er janvier 2015, les établissements produisant au moins 20 tonnes de bio-déchets par an seront soumis à cette obligation. Ce seuil sera abaissé à 10 tonnes par an en 2016.

L'intégration paysagère

Le composteur collectif EKOVORE est étudié pour les espaces privés et publics, places, trottoirs, cours de copropriétés, parcs, parkings, jardins publics...

Le composteur collectif EKOVORE A5e, d’une largeur de 2,2m de coté, est étudié pour réduire l’encombrement au sol, ce qui facilite son installation dans les lieux les plus exigus.

Le composteur collectif EKOVORE est étudié pour s’intégrer au cadre bâti, aux paysages et à l’architecture de vos bâtiments. Sa large gamme d’enveloppes extérieures (bois, acier Corten, acier thermolaqué à la teinte de votre choix) offre une intégration urbaine optimum dans le respect des préconisations des plans locaux d’urbanismes.

Les questions d’intégration urbaines sont centrales, aujourd’hui, le composteur n’y échappe pas.

Il est indispensable que la fonction de compostage soit introduite dans le paysage urbain en créant un dispositif discret et compact. Ces nouveaux gestes environnementaux liés au tri peuvent opérer, à condition que l’action de composter soit gratifiante. L’élégance, mais aussi la qualité fonctionnelle de la construction sont donc les fonctions importantes.

La structure proposée est un édifice pyramidal vertical dessiné dans l’esprit des mobiliers urbains de type colonnes Morris qui peut être installé, sans fondation. Il est composé du composteur proprement dit, d’une réserve de matière-sèche, d’un réservoir d’eau et d’un toit végétalisé. Pour augmenter la capacité de stockage de matière-sèche, un banc-stockeur peut être associé au composteur.